Foot-Direct : Tous les matchs de football en direct !

Foot-Direct : Tous les matchs de football en direct !

Mourinho une nouvelle fois champion


C’est l’histoire, bien connue, de l’élève qui dépasse son maître. Samedi soir, l’Inter de Mourinho a surclassé le Bayern de Van Gaal en finale de la Ligue des champions (2-0). En toute logique. A l’issue d’une véritable partie d’échec, le Portugais a donné une leçon à celui dont il était l’adjoint au Barça à la fin des années 1990. Aligné seul en pointe, l’Argentin Diego Milito a frappé deux fois et inscrit deux buts. Une statistique à l’image de son équipe et de ses 33% de possession de balle, impressionnante de pragmatisme. Un triomphe estampillé Mourinho.

En deux saisons, le technicien portugais a transformé le club lombard en machine à gagner. Avec finesse et autorité, il a façonné un groupe auquel il a transmis son mental d’acier. Tirant profit de ses talents d’orateur, il a su imposer ses méthodes. Dans l’approbation générale. La relation qu’il entretient avec son vestiaire est quasi-fusionnelle. « Je suis l’un d’entre eux », déclare-t-il à propos de ses joueurs.

Avec Mourinho, l’Inter s’est trouvé un guide capable de mettre fin à quarante-cinq ans de disette continentale. Résultat, un triplé historique (championnat, Coupe d’Italie, Ligue des champions). Le sixième seulement de l’histoire du football européen. Le premier d’un entraîneur de génie.

Le Real Madrid l’attend comme le messie

Charismatique, sûr de lui, le dandy lusitanien cultive son rôle de composition. « The Special One » (l’élu), comme il s’est lui-même surnommé à Chelsea, ne laisse personne indifférent. Son arrogance exaspère les uns, ses résultats forcent l’admiration de tous. En soulevant une deuxième fois la Coupe « aux grandes oreilles » (après sa victoire avec le FC Porto en 2004), le natif de Setubal a rejoint Ernst Happel et Ottmar Hitzfeld dans le cerclé très fermé des entraîneurs ayant remporté la C1 avec deux clubs différents.

A 47 ans, Mourinho écrit sa légende. Et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Lassé par ses querelles à répétition avec la presse italienne, il s’apprête à quitter la péninsule. « Il est plus probable que je parte que je reste », a-t-il lâché ce week-end. Sa destination est toute trouvée : le Real Madrid. Certains médias espagnols parlent d’un contrat de quatre ans pour un salaire annuel de 10 millions d’euros. Du jamais-vu pour un entraineur, comme souvent avec le « Mou ».

Après une saison vierge de titres, le président Florentino Perez compte sur lui pour ramener la maison blanche vers les sommets. Un challenge taillé sur mesure. Partout où il est passé, Mourinho a laissé des trophées derrière lui. « Je veux être le seul entraîneur à remporter la Ligue des champions avec trois clubs différents », clame-t-il. Détesté par les fans du Barça (il le leur rend bien), il trouverait certainement chaussure à son pied en Castille. Au pays des Galactiques, il aurait même l’étoffe d’un roi.



24/05/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres